Ecrits d’ici

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Emissions

L’émission du CIALA qui donne la parole aux auteurs.

Le 8 mai 2024 à 17h 30, nous recevons Catherine Laurent pour son récit La possibilité d’un enfant

Dans La possibilité d’un enfant, Catherine Laurent raconte le cheminement émotionnel et intellectuel de Camille, homosexuelle devenue grand-mère. Au début des années 70 émancipatrices, comment conquérir sa liberté quand l’homosexualité est fustigée par la société, réprimée par la loi et blâmée par la famille ? Dans ce contexte, comment répondre à un désir d’enfant ? Camille se raconte à son petit-fils Romain.

Le 10 avril 2024 à 17h 30, nous recevons Emmanuel Urbu pour son récit S’apprivoiser, confessions d’un ex-bipolaire en consultations

Dans son récit S’apprivoiser, Confessions d’un ex-bipolaire en consultations, Emmanuel Urbu relate des épisodes de sa vie chaotique avant qu’un diagnostic ne soit posé : il est atteint de troubles bipolaires. Puis ses longues années de traitements, de rechutes avant de parvenir à un rétablissement. Ses commentaires en voix off apportent de l’humour et une dose d’auto-dérision à ce récit.

Le 13 mars 2024 à 17h 30, nous recevons Nally Lugiletto pour sa pièce de théâtre De l’autre côté du miroir, elle revient enfin

De l’autre côté du Miroir, elle revient est une pièce de théâtre en 3 actes avec 11 personnages : 6 membres d’une famille, les parents de Sophie, ses 2 frères et sa soeur, les 4 psychiatres que Sophie consulte et un metteur en scène dans un atelier de théâtre. La pièce est jalonnée de poèmes de Sophie. Dans les scènes en famille, nous sommes au plus près du mal-être de Sophie de plus en plus profond. Les scènes chez les psychiatres montrent sa lente reconstruction vers un apaisement.

Le 14 février 2024 à 17h 30, nous recevons Brigitte Cotineau pour son roman Les larmes de Chios, murmures d’exil

Dans son roman Les larmes de Chios, Brigitte Cottineau nous convie à une remontée dans le temps et à un saut dans l’espace. Sophie nous emmène sur les traces de sa grand-mère Euphrasia née en Grèce sur l’île de Chios au large de la Turquie. En 1925, elle, comme les autres femmes, s’occupent de tout, des cultures, de l’élevage…. Les hommes sont partis à la guerre, celle contre les Turcs. L’histoire conflictuelle entre la Grèce et la Turquie façonne la vie d’Euphrasia et de nombreux grecs. Quitter son île est un choix déchirant même avec Alessandro. Leur espoir de s’installer en Italie est anéanti par l’arrivée des fascistes, leur exil se termine en France.

Le 10 janvier 2024 à 17h 30, nous recevons Lia Nauleau pour son roman Emma…

Pour son roman Emma « trois petits points », Lia Nauleau a fait le choix du genre littéraire : le thriller et d’un dispositif narratif dans lequel les deux protagonistes Emma et Camille sont tour à tour narratrice de leur histoire. Ces regards croisés nous plongent au coeur des violences subies par Emma soumise à Sergueï baron la Mafia russe trafic en tous genres. Sa compagne Camille jeune femme née garçon, a mené son propre combat, elle est prête à tout pour aider Emma à retrouver sa liberté.

Le 13 décembre à 17h 30, nous recevons Daniel Bercheux pour son roman Rien n’est jamais écrit d’avance.

Dans le roman de Daniel Bercheux Rien n’est jamais écrit d’avance, par une alternance de moments présents et de retours en arrière, nous faisons connaissance avec Natalia, une jeune femme mexicaine qui a quitté son pays pour vivre ses propres expériences et s’émanciper d’une famille un peu étouffante. Après un séjour de jeune fille au pair à Lanion, elle s’installe à Nantes pour reprendre des études universitaires tout en travaillant. Marc, figure paternelle lui apporte son soutien et son amitié. Petit à petit, elle trace sa route professionnelle et amoureuse.

Le 15 novembre à 17h 30, nous recevons Abdelaziz Menebhi pour son autobiographie Crimes, mensonges, trahisons… et résistance, en collaboration avec Jean-Luc Hermeline.

Crimes, mensonges, trahisons et résistance est composé de 2 parties. Tout d’abord Abdelaziz Menebhi brosse à grands traits sa vie, ses racines familiales, son enfance à Marrakech, des études de lettres à l’université de Rabbat, il devient un étudiant militant très actif à l’UNEM. Ce qui le conduit en prison où il est torturé. Relâché, il se réfugie en France où il vit désormais. Dans la 2ème partie Abdelaziz fait un rappel des épisodes violents qui ont jalonné l’histoire du Maroc au 20ème siècle. Puis il détaille ses années de militantisme et de prison.

Le 11octobre à 17h 30, nous recevons Béatrice Nourry pour son roman La plume et l’entrelacs

Dans la Plume et l’entrelacs, Béatrice Nourry nous transporte au 13ème siècle en Bretagne. On entre dans le monde des artisans et dans le monde des châtelains. L’enluminure et la fauconnerie font le lien entre ces deux univers. Marie, enlumineuse dans l’atelier de son père, subit l’annulation de son mariage puis le mariage arrangé avec un artisan relieur. Elle côtoie Jehan de Ruhifiac, châtelain sans argent, maître fauconnier. L’attirance qu’ils éprouvent est fortement contrariée. Normalement, un châtelain ne s’unit pas à une artisan

Le 13 septembre, nous recevons Pascale pour 2 articles et une nouvelle. Elle questionne la littérature utopie ainsi que le genre grammatical en anglais et en français.

Dans le 1er article : la sagesse des utopies féministes, Pascale Denance analyse Herland un texte de Charlotte Perkins Gilman qui imagine un territoire composé uniquement de femmes que découvrent un jour trois explorateurs. Puis elle s’attache au texte de Marge Piercy, Woman on the edge of time qui décrit une société totalement égalitaire, épanouie et écologique, elle introduit ainsi l’écoféminisme. Dans le 2ème article : L’épicène en tant que ressource discursive, mot savant pour aborder la notion de genre dans la langue. En anglais la plupart des noms, déterminants et adjectifs sont à la fois féminin, masculin ou indifférencié alors qu’en français on sait tout de suite si on a affaire à un homme ou une femme par les mots le, la, il, elle… et l’accord de l’adjectif. Ce qui change tout !

Le 14 juin à 17h 30, nous recevons Marie-Paule Dessaivre pour son récit Le père Pacifique de Valigny – Un capucin français parmi les autochtones du Canada

Le nom : père Pacifique de Valigny, le sous-tire : un capucin français parmi les autochtones du Canada, la photo de cet homme sur la couverture, contribuent d’emblée à nous faire basculer dans un autre monde. Dans ce récit, Marie-Paule Dessaivre déplie la vie mouvementée du Père Pacifique, missionnaire historien et linguiste spécialiste de la langue Migmaque, Nous découvrons sa vie au plus près des indiens Migmaqs de 1894 à sa mort en 1943.

Le 12 avril à 17h 30, nous recevons Alexe Videri et Caroline Fouasson pour le récit biographique Sauvée par leur amour

Dans le récit Sauvée par leur amour, Alexe Videri prête sa plume à Caroline Fouasson. Caroline relate des épisodes saillants de sa vie tour à tour exaltants et douloureux. La mort accidentelle de son compagnon déclenche une onde de chocs émotionnels. Le chagrin et la douleur de la perte, la solitude pour mener à terme sa grossesse et le combat à mener pour que l’enfant porte le nom de son père sont à la fois des épreuves et des points d’ancrage pour se relever.

Le 8 mars à 17h 30, nous recevons Françoise Latour pour son roman Moleskine.

Dans son roman Moleskine, Françoise Latour nous plonge dans la vie intime de Marie. Au moment où elle réussit à aller au bout de sa demande de divorce, son mari Philippe meurt dans un accident de voiture. Cet homme tyrannique, possessif l’a humiliée, insultée, harcelée pendant des années. Nous suivons le lent chemin de Marie vers la reconstruction.

Le 8 février à 17h 30, nous recevons Fabrice Hérault pour son roman 12 minutes 13 dérobées à l’éternité

Dans son roman 12 minutes 13 dérobées à l’éternité, Fabrice Hérault nous transporte dans le temps et dans l’espace. Au retour d’une expédition spatiale, une masse suspecte est détectée sur la lune ou plutôt dans la lune puisqu’une fouille est nécessaire pour extraire une sorte de menhir incrusté de de pierres et de cristaux. L’astrophysicien Barrington Ferrioli finit par découvrir à l’intérieur un objet léger, qui peut se déplacer tout en dégageant une grande énergie. Les expériences que fait Barrington avec cet objet vont bouleverser sa vie et celle de sa fille Shéryl tout particulièrement.

Le 11 janvier à 17h 30 émission spéciale du CIALA.

Pour débuter cette année 2023 que nous vous souhaitons riche en découvertes littéraires, nous vous proposons une émission spéciale. Le ciala a organisé pour ses auteurs une journée de lectures et de dédicaces autour d’un bon repas qui a eu lieu au restaurant Le Havre dans le bas Chantenay, que nous remercions vivement pour leur accueil convivial.

Le 14 décembre à 17h 30, nous recevons Aline Duret pour son roman Elle s’en repentira

Le roman se déroule essentiellement à Carquefou dans la banlieue nord de Nantes. Cassidy Higgins est très liée à Camille qui est mariée avec Gabriel. Cassidy qui a des ambitions de détective et de redresseuse de tort, a découvert que Gabriel trompe Camille et en a fait part à son amie. Au même moment, Camille disparaît. Le comportement ambigu de Gabriel incite Cassidy à se rendre à la gendarmerie qui ne donne pas suite dans un premier temps. Mais le corps d’une femme retrouvé noyé va lancer l’enquête à laquelle Cassidy participe activement. Je n’en dévoilerai pas plus.

Le 9 novembre à 17h 30, nous recevons Catherine Laurent pour son livre Les criants.

Dans son livre Les Criants, Catherine Laurent nous plonge dans le quotidien de quatre infirmières en milieu psychiatrique. Par la voix de Blanche, nous approchons les facettes du rôle des soignants face à des malades dont l’enfermement psychique semble insondable. Elles tentent de tisser une relation de confiance, d’apporter une sorte d’apaisement à Mussot, Mme Tachot, Angelica, Claire, Sylvie entre autres. Ces infirmières peuvent-elles en sortir indemnes ?

Le 12 octobre à 17h 30, nous recevons Valérie Hervy pour son livre Votre rendez-vous avec l’écriture.

Ce rendez-vous fait penser à un rendez-vous amoureux. Valérie Hervy explore les phases préparatoires matérielle, mentale, psychologie, corporelle propices à ce rendez-vous, Comme chacun le sait, écrire ne va pas de soi. Le processus créatif peut être frustrant, désespérant, voire douloureux mais quand il aboutit c’est un soulagement, une sorte de délivrance, de jouissance, Cela peut même devenir addictif.